Scandale credit lyonnais commissaire compte

Le contribuable français a le droit d'espérer que son effort, colossal, serve au moins à sauver le Lyonnais. Cette énorme opération de rénovation est en effet truffée d'irrégularités.

Paк мозга Известная российская актриса пokoнчилa собой

.   Dans un livre explosif, l'ex-juge Thierry Jean-Pierre raconte par le menu les déboires de la banque nationalisée. Le tour de table d'IBI réunit, outre le mystérieux cheikh Baroum, trois anciens clients du CCF. Il se lie d'amitié avec Jean-Maxime Lévêque, qui dira de lui, en pleine affaire Pechiney: «Il reste pour moi un ami fidèle. Les prochains épisodes de l'instruction auront probablement tout pour rete- nir l'attention des Français. Du bestiaire qu'il côtoie, il dépeint les vices avec jubilation. Dans cette dernière décennie du XXe siècle, les faiseurs d'affaires s'appellent Ambroise Roux, Guy Dejouany, Claude Bébéar, Alain Minc ou Albert Frère. Ce n'est pas une raison pour y ajouter un troisième scandale : la vente à la sauvette de la banque.

Journal de bord d'un haut responsable

. Inspecteur des finances, il cumule les nominations prestigieuses et représente la France au Fonds monétaire international et à la Banque internationale pour la reconstruction et le développement. En ce temps-là, le téléphone portable n'existe pas, la haine entre Jacques Chirac et Edouard Balladur se consolide et l'économie se mitonne dans les cuisines de la politique. A moins que le nouveau gouvernement socialiste ne permette au Crédit lyonnais de devenir cet actionnaire. Nul ne sait ce qui s'est passé ensuite, si ce n'est que le gouvernement socialiste et la Banque de France, soucieux, chacun à sa manière, que Paris devienne une très grande place financière, font pression pour que l'opération s'accomplisse. L'Express a choisi de publier des extraits du chapitre consacré à Jean-Maxime Lévêque, ancien patron du Lyonnais et propriétaire d'une banque exotique, International Bankers. Il sera haut fonctionnaire. De la même manière, de curieuses plus-values ont été constatées à l'occasion de l'achat de ces immeubles. Cependant, l'intervention combinée de politiques et de la Banque de France paraît être l'explication la plus plausible.  La fuite en avant La deuxième carte dans le jeu de Jean-Maxime Lévêque est l'immobilier. Les manoeuvres se jouent au golf, à table, dans les cénacles de l'élite, la Fondation Saint-Simon, le Club Vauban, le Siècle. Un récit où défilent hommes d'affaires célèbres et hauts fonctionnaires négligents: Robert Maxwell, Bernard Tapie, Florio Fiorini, Giancarlo Parretti, Jean-Yves Haberer, Pierre Despessailles. Jean-Maxime Lévêque, qui veut en faire une star du négoce international, crée très vite des succursales de la banque à Paris, Londres, Hongkong et Genève. Il est recherché aux Etats-Unis pour son rôle dans l'Irangate et pour l'aide qu'il a apportée à Imelda Marcos, veuve du dictateur philippin. Sur l'argent du contribuable. Haberer, inspecteur des finances - il a l'oreille de ses célèbres collègues Michel Rocard ou Valéry Giscard d'Estaing -, incarne les faiblesses de l'Etat actionnaire. Il y a en fait deux scandales dans l'affaire du Crédit lyonnais. Député européen et trésorier du parti d'Alain Madelin, l'ancien magistrat a renoué avec ses méthodes d'investigateur, décortiquant les étranges circuits financiers qui ont provoqué ce crash financier. Puis, après un soutien massif de l'Etat, elle est redevenue un adversaire commercial. Fait troublant: Ibsa accorde ce prêt sans garantie. Scandale credit lyonnais commissaire compte. Le Crédit lyonnais doit devenir actionnaire d'IBI. Le siège opérationnel de la banque, International Bankers SA, est, lui, installé au Luxembourg. Ce paradis fiscal sera la terre d'accueil d'IBI. Mais l'embellie est de courte durée. Jean-Yves Haberer est pourtant catégorique: «Il n'est pas question de racheter!» Mais Jean-Maxime Lévêque ne désarme pas. C'est grâce à ses amitiés avec les princes saoudiens et à ses talents d'intermédiaire dans les ventes d'armes qu'il deviendra fabuleusement riche et honoré. Un an plus tard, Jean-Yves Haberer cède. Combien puis je emprunter. Pour ne pas avoir voulu reconnaître leurs erreurs, les pouvoirs publics ont longtemps refusé d'assumer leurs responsabilités et contribué ainsi à augmenter la facture finale. Ce qu'elle y découvre est limpide. Il devait s'agir à chaque fois du dernier, prélude à une privatisation rapide de la banque. Van Miert a aussi quelques raisons de se méfier du gouvernement français. Conséquence inévitable d'une gestion désastreuse, la banque s'est retrouvée en quasi-faillite. Le second concerne le laborieux sauvetage de la banque. Les choses se gâtent quelques années plus tard, quand les tribunaux français le condamnent pour vente illicite d'armes de guerre. uelques jours après l'attaque de Jacques Chirac contre l'un des commissaires européens, Leon Brittan, Bruxelles pourrait à son tour mettre en cause Paris.

L'un des Plus Grand Scandale de la France *** L'affaire Tapie

. L'un des objectifs de cette prise de participation paraît clair: il s'agit de rendre service à Jean-Maxime Lévêque en indemnisant ses actionnaires orientaux. La palette des services de la banque est vaste et particulièrement adaptée aux sociétés et aux hommes d'affaires désireux que la trace de flux financiers se perde dans des sociétés exotiques spécialement créées. La liste des opérations douteuses d'Ibsa dans l'immobilier est si longue qu'un livre entier ne suffirait pas à les décrire. Il peut aussi souhaiter, une bonne fois pour toute, que la banque ne soit plus le jouet de calculs et de lâchetés politiques, français ou européens. Peyrelevade, toujours prêt à la rupture, n'est pas la moitié d'un ombrageux. Karel Van Miert, le commissaire européen à la concurrence, a sur le dossier du Crédit lyonnais quelques raisons pour menacer la France. Alors président de l'UAP, il est parachuté à la tête du Lyonnais, se bat pour faire accepter par l'Etat la gravité de la situation de la banque et imposer deux plans de sauvetage. Non seulement l'ampleur des aides est sans précédent en Europe mais il s'agit aussi d'une distorsion de concurrence incontestable. Il a déjà obtenu un accord de principe de la Direction du Trésor pour le rachat par le Lyonnais d'IBI Hongkong.

"Mon caractère me pousse au refus, dans lequel je nourris sans doute mon propre plaisir", écrit-il à ce propos. Les autres banques européennes ont subi pendant des années une concurrence déloyale de la part du Lyonnais

Commentaires