Syndicat solidaire credit agricole centre ouest

Redéfinitions dont les congrès sont le théâtre et le miroir. Alors que l’on considère souvent les congrès syndicaux comme des espaces réglés et tenus qui échappent en grande partie à leurs participants puisqu’ils les déterminent largement, ceux de l’union syndicale ne cadrent pas réellement avec cette représentation. Les congrès de l’Union syndicale Solidaires peuvent offrir des images très contrastées. Ce déficit conduit à sa troisième singularité, liée à la difficulté pour Solidaires, dans le cadre de ses congrès, d’assurer une véritable couverture interprofessionnelle.

Adhérer - Solidaires Finances Publiques

. Sans les remettre en cause, nous appliquerons pour notre part à l’objet congrès l’image utilisée par Robert. Plus encore, une forte homogénéité dans l’expression des valeurs qui représentent le mieux Solidaires contraste avec la diversité des parcours militants repérés précédemment. Il est composé des représentants des syndicats et fédérations membres et de ceux des SL qui sont désignés et non élus par chacune de ces structures. Nous appréhenderons ainsi le congrès comme un moment d’homogénéisation des pratiques et des représentations, et comme un espace d’observation de cette homogénéisation en marche. Compte tenu du credo combatif des militants de Solidaires, cette orientation est toujours défendue aujourd’hui. Cependant, Solidaires n’en a pas adopté la forme « classique » immédiatement. Des enquêtes par questionnaires ont aussi été menées dans plusieurs de ses fédérations membres : SUD Santé Sociaux, SUD Rail, SUD-PTT, SUD Collectivités Territoriales. Pour qu’il le soit, il faut que s’opère un retournement, que les valeurs négatives deviennent positives, c’est à dire associées à un projet, et surtout partagées. Moi, je n’ai jamais trouvé cela normal. Paradoxalement, pour définir ses orientations et conduire son activité, Solidaires a donc adopté le principe du congrès qui est sans nul doute l’organe le plus représentatif du fonctionnement des confédérations. C’est à ça que je pensais tout à l’heure en disant qu’ils ont les délégués qu’ils méritent. On touche ici l’une de ses faiblesses récurrentes, qui peine à dépasser son socle public historique, tout du moins sur le plan de sa représentation. Un tel terreau ne peut pas être fertile d’un projet programmatique. Trois peuvent être évoquées. Ce score est à mettre en regard avec l’implantation encore très inégale de cette organisation dans le paysage syndical. Cela a pour conséquence d’accroître l’importance et le travail des commissions. J’ai même un père qui votait plutôt à droite. Enfin, une motion invitant à un engagement renforcé des organisations membres dans la dimension interprofessionnelle et dans la vie des SL, mais aussi à une participation régulière de toutes les organisations aux instances nationales, y sera approuvée. En interne, ce sont moins les organes dont elle s’est dotée que leurs règles de fonctionnement qui portent cette démarche « innovante », en particulier le mode de décision au consensus, le suffrage unitaire et le droit de véto. Syndicat solidaire credit agricole centre ouest. La seule standardisation notable est d’ordre temporel, encadrant les temps de parole, sans que celle-ci ne soit pour autant totalement calibrée, afin de tenir le timing du congrès. D’une part, comme on a pu le constater, ces commissions constituent un véritable lieu d’échanges, parfois tendus, entre leurs participants. Vous savez, quand tout va bien et tout, les gens n’ont pas forcément envie de se bouger.

Economie Sociale et Solidaire - CGT Crédit Agricole

.

Solidaires en 11 dates

. Surtout, elles demeurent largement plébiscitées par les militants de l’union syndicale. J’ai envie de vous dire, c’est X l’entreprisequi m’a créé. Car j’ai vu tellement de choses aberrantes là dedans que j’ai été obligé de réagir. D’où un questionnement légitime sur la manière dont les plus jeunes imprimeront leur marque dans l’orientation et la conduite de l’organisation syndicale. Credit d impots immobilier. Credit agricole de touraine et poitou. Elle reflète, en premier lieu, les modalités de construction des débats au sein de Solidaires puisqu’un enjeu qui a pu engendrer de fortes dissensions aboutit finalement à un vote consensuel à la suite de longues phases de discussion. Il est constitué des représentants des syndicats ou des fédérations membres et de ceux des SL qui forment deux collèges séparés. Celles-ci sont le plus souvent de nature externe même si l’organisation peut en être indirectement à l’origine, liées en partie à l’état de sa structuration et de son développement. De ce point de vue, ressort des réponses aux questionnaires une cohésion entre les délégués qui interroge nécessairement au regard de leur hétérogénéité initiale. Enfin, au-delà du fonctionnement au consensus à proprement parler, un tel dispositif renvoie également à la situation d’une organisation confrontée à des transformations d’ampleur. Le congrès est au cœur d’un tel processus. Il n’est pas question de les retracer ici de façon exhaustive mais seulement de rappeler les principaux points d’appui d’une telle construction. Ce renforcement a été marqué par une forte transformation de sa composition interne. Progressivement, en effet, elle en a adoptée la forme, le fond et les principales fonctions. Ils n’en constituent pas moins des espaces de représentation dans lequel le social est mis en ordre et en perspective en direction de ses propres militants et de l’extérieur. De ce point de vue, le débat dépasse la question du seul rôle des SL, même si celle-ci est bien sûr centrale. Les réponses recueillies auprès de ces délégués montrent la quasi inexistence de motifs individuels d’adhésion. Avant d’évoquer les secondes, arrêtons-nous néanmoins un instant sur les premiers. Une comparaison du même ordre peut être utilisée pour les congrès de Solidaires. Cela n’est pas sans conséquence sur la composition sociologique des syndicalistes participant à ses congrès, et la nature des thèmes qui y sont débattus. Cette recherche du consensus impacte nécessairement le déroulement de ses congrès. Mais il est vrai que si ce déploiement peut paraître parfois spectaculaire, dans la mesure où tout est à construire, il reste relatif sur le plan quantitatif. Comme pour sa structuration organisationnelle précédemment, il est possible d’utiliser les congrès comme un outil aidant à reconstruire les jalons de sa construction identitaire qui va connaître différentes inflexions. Mais si elle prend une forme moins visible, elle n’en est pas moins matérialisable dans les décisions prises par l’organisation tout au long de son histoire qui n’ont pas toutes été spontanément unanimes. Ils font de ces règles une marque identitaire qui légitime, à leurs yeux, leur engagement dans Solidaires plutôt que dans une autre organisation syndicale. « Je suis d’origine portugaise.

Si particularité il y a, celle-ci réside surtout dans le travail d’homogénéisation effectué par l’organisation depuis une quinzaine d’années, ce que nous soulignerons dans un deuxième temps. L’union syndicale est conduite par quatre organes principaux : Le Congrès est l’instance souveraine de l’organisation. Comme si ce modèle était à ce point consubstantiel au mouvement syndical depuis son origine qu’il n’était pas envisageable de s’en passer. La conception de la démarche interprofessionnelle à laquelle se rallient ces militants renvoie donc également à d’autres exigences dans une approche où domine l’idée d’un syndicalisme de lutte. Solidaires n’est donc plus considérée comme un instrument apportant son aide à des mouvements extérieurs mais comme devant porter les luttes internes au monde du travail. Mais plutôt que Solidaires est née de la rencontre improbable d’équipes syndicales aux histoires et trajectoires très hétérogènes. Elle est par ailleurs représentative dans plus d’une quarantaine de conventions collectives. Ces décalages sont en particulier perceptibles lors des passages en tribune ou en cas de rappel au règlement. Leur rôle, en préalable des débats sur les résolutions en plénière, est en effet d’organiser les discussions, à partir des amendements proposés par les structures, afin d’aboutir au maximum de points d’accord. Est mise ici en avant une certaine conception de l’engagement qui s’opère sur une base de lutte et qui est liée aussi bien à un projet de transformation sociale qu’à une volonté de renouvellement des pratiques syndicales. Les débats sans fin qui ont accompagné le changement de sigle de l’union syndicale en fourni un autre exemple. Cela conduit à concevoir l’organisation comme le produit dialectique d’engagements différenciés qui la modèle en même temps qu’ils sont modelés par elle. Elles indiquent également que ceux qu’il faut remplacer ont participé, dès l’origine pour certains d’entre eux, au projet de création de l’union interprofessionnelle et à son développement. On peut considérer cette unification progressive comme un processus et comme un travail mené conjointement par l’organisation, via son appareil et ses organes centraux, et les militants. Les congrès de Solidaires rassemblent peu de délégués comparativement aux confédérations. Cette façon de dire ce qu’est le syndicalisme dans Solidaires ou de Solidaires constitue, sans nul doute, l’un des ciments de l’organisation. La résolution de ce différend interne appelle plusieurs commentaires. Comme bien des constructions, celle-ci n’a pas suivi le cours d’un long fleuve tranquille. Mais aussi parce que celui-ci est à la fois un espace de délibération, de décision et de représentation dans et par lequel se construit l’organisation, et un événement qui fait sens aux yeux de ses membres et qui en donne à sa trajectoire. A y regarder de plus près, les spécificités montrées par les congrès de Solidaires résultent cependant moins de choix d’organisation et de régulation que de difficultés et de contraintes. Elle offrira ainsi l’étrange visage d’une organisation où les postes de direction au niveau national et interprofessionnel ne sont pas prisés, la priorité étant donnée aux fédérations et aux syndicats. Sa structuration et ses fonctions sont classiques. L’hétérogénéité relative de ces délégués n’est pas sans conséquence sur le sens donné à l’adhésion au regroupement interprofessionnel ni sur celui relatif à sa construction. Parmi elles, le droit de vote en congrès des SL. Si on y vote, comme dans n’importe quelle autre organisation syndicale, sur le rapport d’activité, le rapport financier et les multiples résolutions soumis à l’assemblée plénière, l’ensemble des débats est organisé de sorte à favoriser son unité. Mais un enjeu problématique que l’assemblée souveraine réunit à cette date n’arrivera pas à dénouer. Pour le corps militant réuni en congrès, on ne se syndique pas à une organisation de Solidaires pour faire « face à un problème individuel » mais pour des motivations plus collectives et des motifs d’ordre idéologique. De régularité triennale, il se prononce sur le rapport d’activité, le rapport financier et définit, à travers les résolutions, les grandes orientations selon l’ordre du jour fixé par le BN sortant. D’autre part, parce que selon une conception proche de celle de Park à l’égard de la ville, nous considérerons ici le congrès comme le résultat plus ou moins approximatif d’une expérimentation contrôlée. Compte tenu de la progression de l’organisation, en implantation comme en nombre d’adhérents, la participation aux derniers congrès de Solidaires aurait néanmoins dû être supérieure à ce qu’elle n’a été. Autrement dit, se faire une place au côté des structures confédérées. Et cela peut expliquer également la survalorisation des enjeux à forte dimension idéologique par ces délégués de congrès. Si un tel dispositif déplace le lieu des conflits internes vers des scènes plus privées et moins officielles, et évite au collectif de se fracturer, ces différends ne sont néanmoins pas évacués. Comme leurs homologues du CN, ces derniers sont désignés et non élus. Elle se traduit, dans ses textes de congrès, par une défense doublée d’une promotion des services publics et du rôle de l’Etat. Deux axes guideront nos propos. La centrale cédétiste fait doublement figure de repoussoir : en matière de démocratie syndicale et pour sa ligne revendicative générale. Solidaires est une union de syndicats et de fédérations, à vocation interprofessionnelle. Certes, l’adjectif « quelques » utilisé ici est aussi imprécis qu’indéfini et surtout ne témoigne pas d’une totale symbiose entre ses différentes structures membres. Ce tableau peut surprendre, écrit-elle, lorsque l’on se fonde sur l’image toute faite que l’on a de cette organisation que l’on est loin d’imaginer comme anarchique. Quinze ans après, ces règles restent de nature statutaire. S’ensuit un deuxième débat, plus limité, puisque réduit à deux interventions, « en pour » et « en contre » le maintien de l’amendement, suivi d’un vote. Son issue s’accompagne inéluctablement d’une soirée dont le caractère festif tranche avec le sérieux des sujets et des débats préalables ; il constitue une sorte de récompense vis-à-vis de l’implication des délégués plusieurs jours durant. En effet, les débats concernant les questions de pratiques et de valeurs syndicales y prendront une tonalité fortement récriminatoire et accusatrice. Mais à poursuivre le débat, la constitution d’une commission de travail composé de l’ensemble des structures ayant déposé des amendements sur cet enjeu lors du congrès, et de renvoyer la décision à un congrès extraordinaire ultérieur. Dans la typologie des différentes formes de congrès : fondateurs, de continuité, d’évolution, de crise ou de scission, etc. Pour autant, elle n’annule pas la séparation entre les militants « historiques » d’un côté et les nouveaux venus dans l’organisation de l’autre ni celle relative à l’expérience détenue par les plus aguerris par rapport aux syndicalistes plus novices. La responsabilité des confédérations dans la crise du syndicalisme y sera dénoncée, et les règles internes devant régir le fonctionnement de l’union syndicale seront élaborées à la manière de négatifs inversés de celles en vigueur en leur sein. Il a démarré dans le bâtiment comme manœuvre, puis il a gravi les échelons, il a fini chef de chantier, par la force du poignet comme il dit. Conséquemment, il s’agit moins d’attribuer une signification catégorique à une question prise isolément que de dégager le sens produit par un ensemble de réponses. Cet engagement s’est produit le plus souvent à partir d’une expérience de mobilisation dans l’entreprise et d’une critique pratique des conditions et de l’organisation du travail. Le raisonnement est identique pour les Solidaires locaux qui connaissent des niveaux de structuration et de fonctionnement extrêmement hétérogènes. Année qui sera également celle de son prochain congrès…. Il a fini complètement broyé. Or, un regard longitudinal porté sur ses congrès successifs atteste d’un processus de construction identitaire passant par un rapprochement des pratiques et des valeurs. Pour lui, le travail, ça doit tuer, ça doit user. La gestation de la réforme statutaire, processus dont la lenteur a parfois pu agacer des militants engagés depuis longtemps dans l’animation des SL, a permis ainsi de dépasser la possibilité, toujours présente, du veto émis par une organisation nationale. Si quelques tables militantes, ainsi qu’un stand de livres, occupent le hall du congrès, on n’y trouve par contre aucune institution de prévoyance ou mutuelles comme dans les congrès confédéraux. Le point commun que ces derniers semblent néanmoins partager avec leurs aînés réside dans le projet de pérennisation de la structure syndicale interprofessionnelle. Je n’étais pas prédestiné. A travers l’identification et la résolution des problèmes auxquels elle est aujourd’hui confrontée, ce sont autant de façons de concevoir le renforcement de l’organisation et par là même celui de la démarche syndicale qu’elle entend déployer qui sont engagées. Chaque syndicat ou fédération membre de Solidaires est représenté de droit au sein de ce bureau et est responsable du ou des délégués qu’il/elle y envoie. En effet, si ces derniers sont marqués par une forte dimension idéologique, et pas uniquement dans les discours, ils possèdent également un caractère très empirique. Ce congrès extraordinaire donnera également lieu à l’adoption d’une charte des Solidaires locaux visant à harmoniser leurs statuts, modes de fonctionnement et règles de financement. C’est presque une conséquence normale. Pour autant, elle ne s’y limite pas. Il concerne également les efforts de structuration par branches ou par fédérations, en particulier dans le privé où les équipes syndicales peuvent être relativement isolées, entreprise par entreprise. Mon père était chef de chantier. Si l’on trouve donc dans les congrès de Solidaires tout ce qui constitue la « phénoménologie » des congrès syndicaux, ceux-ci sont néanmoins éloignés du formalisme qui semble prévaloir dans ceux des grandes confédérations syndicales. Ce renouvellement constitue un enjeu à la fois générationnel et politique pour Solidaires. Concernant les structures nationales, les causes de cette plus faible participation sont globalement connues. Il en va de même pour la dimension d’égalité qui parait régir les interactions entre les délégués, du fait qu’elle constitue l’une des valeurs phares défendues par l’organisation, à l’échelle du syndicalisme comme de la société toute entière

Commentaires